Descente de la Patagonie

Après San Martín le déluge…
Et c’est là que ça se corse. Là qu’on regrette de ne pas être en camping car, là qu’on maudit le super magasin de professionnels dans lequel on a acheté notre super tente de compétition un bras et demi… quand elle craque deux fois de suite et se fend de haut en bas nous laissant comme seule possibilité la nuit à la belle étoile. Ça passe la première nuit puisque le seul élément qui se déchaîne c’est le vent… mais il le fait bien et nous offre une nuit hachée, pour ne pas dire à chier. Puis au fur et à mesure de notre descente de la Patagonie, avec un passage par la frontière-sortie-des bagages-au-complet-et-queue-intreminable… la pluie! Oui, cette petite pluie désagréable qui vous glace le sang et fait voir la vie en gris parce qu’elle s’accompagne d’un brouillard complice. Et merde!
Alors on dort une nuit en cabane…un trou dans le budget… alors on achète deux petites tentes de secours dans le seul supermarché du coin (à 100 euros la tente…gloups) et on s’aperçoit en les montant (dans le sublime camping de la non moins sublime sirène) que l’une des deux n’a pas les piquets adaptés. Haaaarrrgh…
Ce matin, à Puerto Cisnes, un des ports de fiords certainement hyper charmants par beau temps,on va tenter d’aller voir “el bosque encantado” si le brouillard nous offre le droit de voir… ensuite, on taillera la route vers le beau temps et tant pis pour la belle Patagonie.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s